Légendes Arthuriennes et autres

Légendes Arthuriennes et autres

Uther Pendragon

Uter (ou Uther) avait combattu les saxons et c'est depuis ce temps-là qu'on l'appela Uther Pendragon ce qui signifie en langue bretonne « tête de dragon ». Il était d'un tempérament fougueux, mais sa loyauté était inébranlable comme pouvaient en attester ses amis. Il s'était acquis l'alliance de Merlin qui devint son conseiller.
Malheureusement, lorsque Uter posa les yeux sur la belle Ygerne dont la beauté dépassait celle des autres femmes, elle devint l'objet unique de ses pensées, l'obsédant sans cesses. Ygerne était mariée à l'un de ses vassaux, Sire Gorlois et ils habitaient le château de Tintagel à la pointe du pays de Galles sur un promontoire battu par les flots.
Uter Pendragon ne pouvait chasser Ygerne de ses pensées, il la désirait comme un homme assoiffé a besoin d'eau. Sous un prétexte, il fit éloigner Gorlois et l'envoya guerroyer et il implora Merlin  de l'aider à conquérir la belle Ygerne - Merlin refusa d'abord "Ce serait un péché" mais Uter était prêt à payer, quel qu'en fut le prix, pour tenir cette femme dans ses bras. Merlin, qui voyait dans l'avenir comme d'autres respirent, sut que ce péché devait être autorisé.

le prix du péché :

Merlin utilisa un enchantement et fit apparaitre Uter sous les traits de sire Gorlois - il en avait exactement l'apparence ayant vieilli soudain. Merlin l'avertit avant qu'il ne parte : "un enfant naîtra de cette union. Dame Ygerne le mettra au monde et tu en seras le père, mais tu me donneras cet enfant pour que je l'élève. Il sera chargé d'une grande mission et je l'éduquerai dans ce but - ce sera le prix à payer pour ton péché".
-Il sera à toi, si tu la fais mienne, répondit Uter trop impatient pour réfléchir aux conséquences de ses actes.
Et c'est ainsi que le sosie de Sire Gorlois s'apprêtait à entrer à Tintagel alors que le vrai Sire Gorlois dormait près d'un feu de camp avec ses soldats.
-Halte, qui va là ? s'écria la sentinelle et elle scruta le visage du cavalier - Oh bonsoir, Maître ! avez-vous combattu le roi ? l'avez-vous repoussé ?
-Pas encore, murmura la silhouette à cheval, mais j'ai envie de rendre visite à ma femme avant l'assaut de demain.
Le garde releva la herse et laissa entrer Uter Pendragon, croyant accueillir le seigneur des lieux.
Uter ne put déclarer verbalement sa flamme à la belle Ygerne, il osait à peine lui parler, de peur que sa voix ne trahisse son identité. Mais Ygerne était une femme vertueuse, elle ouvrit sa couche à "son époux". Quand l'homme s'allongea près d'elle, elle n'imagina pas un seul instant qu'il ne s'agissait pas de son époux, bien qu'il y eut une énorme différence ! Jamais, Gorlois ne s'était montré aussi tendre et aussi passionné. Mais comme la magie de Merlin était parfaite, Ygerne pensa que la peur de mourir peut-être sur le champ de bataille lui avait redonné cette flamme. Renonçant à toute prudence, Uter s'attarda jusqu'à ce que les premiers rayons du soleil se lèvent - soudain, il réalisa que l'enchantement de Merlin allait prendre fin et il quitta à la hâte le château encore tout à la joie d'avoir tenu sa bien aimée dans ses bras et d'avoir assouvi son désir.
Alors au même moment à Tintagel un messager se fit annoncer auprès d'Ygerne.
-Oh Madame, l'horrible nouvelle - votre époux est mort !
-Quoi, où, comment ? s'écria Ygerne horrifiée.
- Il y a 3 heures sur le champ de bataille répondit le messager - Tué dans une escarmouche, répondit le messager.
Dame Ygerne tomba à terre, en poussant un grand cri. Personne ne s'étonna de ce chagrin si naturel. Jamais elle ne révélerait la véritable raison de son émoi, elle avait compris que ce n'était pas sire Gorlois qui avait partagé sa couche et elle devait garder ce secret toute sa vie.



13/04/2008
1 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres