Légendes Arthuriennes et autres

Légendes Arthuriennes et autres

Tristan et Iseult - deux versions

La légende de Tristan et Iseult est l'une des plus célèbres de la littérature médiévale et ces deux amants vivant un amour interdit et affirmant leur droit à la passion contre les lois sociales et religieuses, ces deux amants liés jusqu'en la mort et par-delà la mort même, voila de quoi alimenter nombre de beaux textes.
Cette légende est née en France, mais n'appartient pas qu'à la littérature française, nombreuses sont les versions étrangères qui reprennent ce thème. Il faut remonter aux légendes bretonnes populaires, celte donc  pour reconstituer la formation probable des oeuvres.

En France, nous possédons deux versions de la légende de Tristan et Iseult  : celle de Béroul signe la plus ancienne version. La langue qu'il utilise est la langue normande (comme d'ailleurs Marie de France) : dans cette version Tristan utilise plus son arc (version ancienne), le roi Marc vit dans une demeure rustique puisque le roi et la reine dorment dans la même pièce que les chevaliers - cette version est plus apparentée à la chanson de geste par la présence de récits de combats.

la version de Thomas :
La langue utilisée pour écrire ce récit est un dialecte anglo-normand  ce qui indique qu'il vécut à la cour des Plantagenêts. Comme Marie de France, il côtoie l'entourage lettré et raffiné d'Aliénor d'Aquitaine entre 1170 et 1190. C'est plus de la littérature courtoise que son prédécesseur : l'analyse de la passion amoureuse est plus subtile. Il faut noter que, sans changer les données de la légende,Thomas a fait entrer l'histoire de Tristan dans le cadre de la courtoisie - le mariage de Tristan avec la seconde Iseut (Iseut aux blanches mains) ne posait aucun problème à Béroul puisque Tristan se croyant oublié d'Iseult la Blonde était libre de tout engagement envers elle. Mais dans la version courtoise, Tristan n' aucun droit d'épouser Iseut aux blanches mains, même qu'il n'est plus aimé d'Iseut la Blonde - Thomas insiste sur le devoir de reconnaissance et présente le mariage de Tristan comme une obligation et non comme un mariage d'amour (d'ailleurs ce mariage ne sera pas consommé ce qui permet à Tristan de rester toujours fidèle à Iseult la Blonde).
On reconnait d'une version à l'autre les propres valeurs de la légende mais tout le monde est touché par cette ronce fleurie qui, chaque nuit, repousse entre les tombes des amants, les réunissant ainsi à jamais.



18/04/2008
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres