Légendes Arthuriennes et autres

Légendes Arthuriennes et autres

Lancelot révélé coupable

Les années ont passé... 20 déjà que Lancelot, le champion de la reine est ... aussi son amant sans qu'Arthur n'en ait eu quelque soupçon. Lancelot s'en est déjà confessé car il sait qu'il ne pourra pas participer à la conquête du Graal, il n'est pas assez pur.
Un jour qu'il parlait avec sire Gauvain, celui-ci s'étonna :
-pourquoi n'es-tu pas dans la quête du Graal ?
-Je ne peux pas... je suis trop... j'ai péché, avoua honteusement Lancelot
-Comment ! s'exclama Gauvain. Mais quel péché pèse donc si lourd sur ta conscience ?
Lancelot ne répondit point, mais Agravain (un des frères de Gauvain) s'écria :
-Moi, je le connais ce péché !
Silence, lui souffla Gauvain.
Mais Agravain ne l'entendait pas ainsi
-Je sais quel est le péché de Lancelot et il serait grand temps que le Roi en soit averti.
Gauvain entraîna son frère dans la cour.
-Qui t'a incité à révéler de telles choses ? Pourquoi veux-tu nuire à Lancelot ?
- Il faut avertir le roi, continuait Agravain, Mordred l'a dit, des chevaliers chrétiens ne peuvent tolérer pareil péché !
-Ah, Mordred !! oui, je vois bien d'où te vient cette animosité. Mais que je sache, Mordred n'est pas un modèle de perfection, railla Gauvain, puis en regardant son frère droit dans les yeux, il lui dit :
- Et qu'espères-tu donc en agissant ainsi ? briser le coeur du roi ? diviser les compagnons de la Table Ronde ? et dans quel but ?
Mais l'orgueilleux Agravain repoussa son frère violemment.
Arthur, qui passait par là, alors que les deux frères avaient haussé le ton, demanda
-De quoi s'agit-il ? pourquoi cette dispute ?
-Rien, rien, marmonna Gauvain.
- Mon honneur exige que je parle, déclara pompeusement Agravain. La vérité, sire, c'est ....
-Retiens ta langue, supplia Gauvain.
-NOn ! la vérité est que la reine votre épouse est depuis des années la maitresse de Lancelot !!
Arthur devint pâle comme un linceul et tituba.
- Je n'en crois pas un mot. j'ai confiance en mon épouse, ce ne sont que des mensonges et il tourna les talons, il allait pousser la porte du château quand la voix de Mordred retentit derrière lui :
-Et si la preuve vous en était donnée ? qu'en diriez-vous? 




13/04/2008
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres