Légendes Arthuriennes et autres

Légendes Arthuriennes et autres

La légende du Roi Arthur

L'histoire du Roi Arthur, ne s'attache pas seulement à ce chef Artus ou Artorius qui aurait existé dans la seconde moitié du Ve siècle ( cette période qui voit la chute de l'empire romain d'Occident ) Face aux invasions, la résistance de la population s'organise progressivement : elle souffre au début d'un manque d'union, et c'est dans ce contexte que des chefs de guerre émergent.

A Tintagel  les ruines visibles datent des normands (Xe), certains éléments datant du VIe ont été découverts (fin de l'épopée arthurienne). Camelot, le château mythique du roi Arthur, pourrait correspondre à la ville romaine de "Camulodunum " (Colchester au nord-est de Londres)...
 
La légende arthurienne est alimentée dès le VIe par des récits populaires en Pays de Galle et en Irlande, puis les allusions à ce mythe se multiplient dans les textes latins dès le IXe  siècle. Le roi d'Angleterre Henri I (1100 - 1135) désirant rallier les Celtes de son royaume et pacifier ses nouvelles conquêtes en Pays de Galle utilise à son  profit la légende arthurienne.
L'épopée arthurienne circule alors dans tout le pays sous forme de lais (conte en prose comportant un dénouement lyrique en vers), puis en Europe..
 
Geoffroy de Monmouth (vers 1100 - 1155), est un évêque et historien anglo-normand au service du roi Henri Ier. Il est l'auteur de l' Historia regum Britanniae (1135/1138), en 12 livres. Cet ouvrage, présenté par son auteur comme une traduction d'un livre très ancien, le "Liber vetustissimus",  composé en breton "dans un très bon style" et emporté en Angleterre par le Normand Gautier alias Walter, archidiacre d'Oxford, est l'un des premiers ouvrages de l'histoire britannique et sera la source principale de la légende arthurienne.
 
Jean de Wavrin (v. 1398-v. 1474) Chroniques d'Angleterre Geoffroi de Monmouth _crivant ; Pr_sentation du livre - Jean de Wavrin _crivant - H_l_nos Ant_nor et En_e.jpg
 
 Alors, Arthur, a-t-il véritablement existé ?  Ayant vécu en « Britannia », très probablement au Pays de Galles, vu que la légende nait dans ces terres, il se serait battu contre l’invasion saxonne au début du VIème siècle, alors que les troupes romaines ont quitté l’île depuis le IVème siècle. Nennius, le moine auteur d’Historia Brittonum, le qualifie de « dux bellorum », de seigneur de guerre. L’existence d’un leader qui se serait défendu contre l’invasion saxonne est probable puisque les Saxons n’envahiront l’intégralité de l’île que plusieurs siècles plus tard, c’est-à-dire pas avant le IXème siècle. Ainsi, il est probable qu’un leader ait vécu au Vème siècle, peu importe son nom. Au fur et à mesure que les siècles passent, la seule mission d’Arthur qui fut donc de protéger la Grande Bretagne de l’invasion barbare fut étoffée d’une histoire beaucoup plus importante où interviennent les chevaliers dits de la Table Ronde. Au XIVème siècle, Jacques de Longuyon en fait un des Neuf Preux (Nine Worthies en anglais), un des modèles de morale et vertu chrétienne, accompagné de Charlemagne et Godefroy du Bouillon, mais aussi de 3 païens et de 3 juifs. Du roi défenseur, il devient aussi le roi conquérant, étendant son royaume à l’Ecosse et la Bretagne française, vainquant au passage un géant ayant vécu au Mont Saint-Michel. L’histoire la plus connue est cependant celle de sa chute contre son neveu Mordred, et la trahison de Lancelot. Une autre histoire, souvent éclipsée, et tout le folklore autour de l’île d’Avalon d’où est issue entre autre la fameuse Dame Blanche. Le roi peut alors être rapproché des rois dont il est le contemporain, comme probablement Clovis, le roi des Francs. Que reste-t-il alors de l’homme ? Plus grand-chose.
Tapisserie : le roi Arthur, 1525-1540, château de Langeais (institut de France)
04
 
 
 


30/07/2018
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres