Légendes Arthuriennes et autres

Légendes Arthuriennes et autres

Morgane : rencontre avec Uther Pendragon

Uther tenait sa cour à Winchester. Des bannières d'or au dragon rouge flottaient sur toute la ville (Pendragon = tête de dragon, l'emblême de sa famille)
Au palais, les invités se pressaient impatients d'apercevoir le jeune roi.Vêtu de son armure de parade de bronze doré, Uther traversa la salle pour s'installer dans le siège réservé au roi. Il tenait au creux de son bras un casque surmonté d'un dragon d'or aux ailes déployées. Le silence se fit ! Le connétable du roi, commença à appeler les plus nobles seigneurs du royaume. Le premier entrer fut le duc de Cornouailles, qu'accompagnait son épouse. Un murmure d'admiration se fit entendre au passage du couple qui marchait lentement vers le trône ; le sombre Gorlois incarnait le pouvoir, la force et l'homme mûr. Ygraine glissait à son côté, lumineuse dans sa robe de soie brodée d'étoiles et de comètes, aux reflets bleus et argent. Arrivée au pied du trône, elle leva les yeux de brume vers Uther et toute l'assistance retint son souffle en voyant la passion flamber dans le regard du roi.

Les jours suivants, Uther fit à la jeune duchesse une cour pressante ; il l'invitait auprès de lui à la table, chevauchait à ses côtés, la comblait de présents. Ygraine s'efforçait d'échapper à tant d'attentions. Gorlois sembla plutôt flatté de voir son épouse ainsi honorée mais le matin où Ygraine reçut une parure comme un roi n'en offre qu'à son épouse ou à sa favorite officielle, il ordonna immédiatement à ses gens de plier bagages. Midi sonnait à la cathédrale lorsque toute la mesnie de Cornouailles quitta le palais dans un nuage de poussière. Cramponnée à la ceinture de son père, qui chevauchait un grand destrier noir, Morgane souriait pour la première fois depuis son arrivée à la cour. Depuis des jours, elle était assaillie de visions terrifiantes qu'elle ne savait pas comment interpréter. Une seule chose lui paraissait évidente : le roi Uther allait plonger sa famille dans un grand malheur !

Lorsqu'il apprit le départ de celle qu'il aimait, le roi Uther sentit la rage et le désespoir lui brûler si fort le coeur qu'il partit aussitôt consulter Merlin. Il était impossible de faire le siège de Tintagel, la place était imprenable car quelques archers suffisaient à défendre contre toute une armée l'étroit passage au-dessus de la mer.



29/01/2009
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres