Légendes Arthuriennes et autres

Légendes Arthuriennes et autres

Morgane dans la forêt de Brocéliande.

En plein temps de la canicule, une des demoiselles d'atour de Morgane revint de la forêt tout affolée : elle avait trouvé un homme nu, gisant inconscient, les cheveux en broussailles, un arc et des flèches à ses côtés. En se penchant pour le secourir elle avait reconnu le chevalier Yvain, l'époux malheureux de la dame de la Fontaine. Morgane posa deux ou trois questions, rentra dans ses appartements, se saisit d'une petite boîte d'ivoire et d"ébène joliment incrustée de fils d'argent :

"Yvain est devenu fou depuis que sa tendre aimée Laudine l'a chassé. Elle a agi avec justice car Yvain avait manqué à la parole qu'il lui avait donnée. Pour sauver ce chevalier, retourne vite auprès de lui et frotte-lu les tempes avec un peu de ce baume très puissant. Cela lui rendra la connaissance d'abord, la raison ensuite. Emporte de quoi le vêtir : lorsqu'il reprendra ses esprits il aura honte de sa nudité".

La jeune fille repartit, vive comme l'éclair. Lorqu'elle revint, des heures plus tard, elle raconta en rougissant qu'elle avait si bien soigné le chevalier qu'il était redevenu lui-même. Mais en rentrant vers le château de Morgane, son cheval avait trébuché et elle avait laissé choir dans la rivière le baume que lui avait donné Morgane - Morgane sourit car elle avait suivi dans la fumée des bougies et avait vu la jeune fille appliquer le pot entier de baume sur le front et les temper d'Yvain.

Le temps passait. Morgane s'était accoutumée à sa nouvelle vie en forêt de Brocéliande mais souffrait de voir Merlin la délaisser pour une jeune femme qui hantait ses pensées, la la blanche Viviane.

L'enchanteur tentait de  consoler Morgane :

"Je ne t'abandonne pas, je n'ai pas choisi cet amour. Viviane est la figure de mon destin.

 

Le troisième hiver que Morgane passait dans la forêt touchait à sa fin. Une brume rousse et verte commençait à gagner les arbres quand arriva un jour un messager d'Arthur. Comme roi et comme frère, il réclamait Morgane auprès de lui. Morgane consulta les plantes et les herbes divinatoires, fit couler la cire des bougies dans l'eau, observa les étoiles. Au matin, elle partit vers Camelot.



27/12/2010
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres