Légendes Arthuriennes et autres

Légendes Arthuriennes et autres

La reine Guenièvre

L’origine du nom Guenièvre vient selon toute vraisemblance du mot gallois « Gwenhwyfar »
(ancienne graphie « Gwenhwyvar ») qui signifie « blanc fantôme » ou « blanche fée ».

Dès lors, on peut affirmer que Guenièvre possède un caractère féérique qui lui confère un aspect magique. Elle n’est pas sans évoquer la bansidh de la mythologie celtique de l’Antiquité.

Fille de Léodegan de Carmelide, Guenièvre est avant tout l’épouse du roi Arthur.

Sa beauté, son éloquence ainsi que le prestige de sa cour font de la reine une figure à la fois prisée par les chevaliers, haïe par ses semblables et qui confine à la féerie.
Célèbre pour sa relation adultère avec Lancelot du Lac, le personnage de Guenièvre est une de ces figures, à l’instar d’Yvain, qui témoignent de l’encourtoisement de la légende arthurienne opérée au XIIe siècle.
Mais Guenièvre est plus que cela :
elle est à la fois la dame courtoise et le graal païen des longs cycles en prose.

La reine du pays de Logres est d’abord la dame courtoise pour qui toutes les prouesses s’accomplissent.

 

Son nom reste associé à celui de Lancelot,l

 



19/03/2013
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres